Hey chéri, et si on formait une équipe?

Un texte d’une de nos collaboratrices.

« Mon amour, si j’avais assez de courage, voici les mots que j’aimerais te dire…

Ça me blesse quand tu laisses entendre que mon travail de maman à la maison est simple et facile, car moi j’ai l’impression de travailler si fort, même si j’adore chaque minute passée en compagnie de nos enfants. Seulement, entre les biberons, les bains, les repas à préparer, la gestion des dodos, le ménage et le lavage, je n’ai plus beaucoup de temps pour moi.

J’aimerais tellement que tu comprennes combien j’en aurais besoin. Tu me dis sans cesse d’en profiter pour me reposer quand les enfants dorment ( d’ailleurs, ça ne dort pas toujours en même temps, ces bébés-là ). Justement, je me repose quand ils dorment car je dors aussi. Dormir est un besoin de base et non un passe-temps. Moi, j’aimerais prendre le temps de lire, d’écouter un film, de me faire masser ou d’aller prendre un verre avec mes amies.

J’aimerais ne pas me sentir coupable quand je pars sans les enfants. Pourquoi peux-tu partir en coup de vent, sans m’avertir, alors que je dois prendre de l’avance pour te demander de « garder » tes propres enfants si je veux moi aussi sortir de la maison?

Je sais que je suis injuste, que tu fais des efforts. Je sais que tu te lèves avant moi la fin de semaine pour que je me repose, que tu donnes le bain aux enfants quand tu en as l’énergie. Je sais que tu mets de côté tes jeux vidéo en fin de soirée pour qu’on passe un moment ensemble avant le coucher. Je sais que tu travailles très fort aussi, et que tu es vraiment éreinté quand tu reviens du travail.
Je t’aime comme tu es. Je partage simplement mes pensées, des petites imperfections dans notre vie de parents que je voudrais avoir la force de te dire sans te blesser ou te fâcher.

Tu ne me dis pas que tu me trouves fatigante avec mes exigences, ni que je devrais accepter que tu fasses les choses à ta manière, que ça te donnerait le goût d’en faire plus pour m’aider.

Tu ne me dis pas non plus que tu me trouves exaspérante avec mon obsession du ménage et ma volonté que tout soit parfait, que je ne serais probablement pas aussi fatiguée si je n’en faisais pas autant. Tu ne me le dis pas, mais je le ressens par contre, tout comme tu ressens probablement mes frustrations.

On dirait qu’en devenant parents, on s’est oublié comme couple. On a été si occupés à admirer nos petites merveilles qu’on a omis de prendre soin l’un de l’autre.
Pour l’avenir, je nous souhaite de nous retrouver et d’être capables de mieux communiquer. Je me souhaite aussi de trouver les mots pour que tu comprennes mon point de vue, et je te promets de faire des efforts pour mieux te comprendre, parce que je t’aime et que tu es le papa que j’ai choisi pour mes enfants».
Suivez-nous sur Facebook!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s